...

...

... ... ...

...

Chevaliers et châteaux-forts

...

Période souvent qualifiée d’obscure, parce que méconnue, le Moyen Âge recouvre plus de mille ans de notre histoire…

Les limites habituellement retenues vont de la chute de l’Empire romain d’Occident (476) à la découverte des Amériques (1492).

...

 

Chronologie Le temps des rois Société Documents Activités

...

La naissance de l'Islam Les croisades en Terre Sainte La Guerre de Cent Ans

...

CHRONOLOGIE

C’est le temps des chevaliers et des châteaux forts, des seigneurs et des vassaux, de la paysannerie et des premières villes, des églises et des cathédrales, des tournois et des croisades, des rois et des héros… C’est aussi le temps des invasions barbares, des grandes épidémies, des guerres et des famines…

Le haut Moyen Âge (Vème – Xème siècle)

406 - Début des invasions barbares (Alamans, Burgondes, Vandales, Francs…) en Gaule romaine
476 - Chute de l’Empire romain d’Occident (de l’ouest)
481 - 511 - Règne de Clovis, premier roi des Francs
511 - 751 - Succession des rois de la dynastie mérovingienne
732 - Charles Martel arrête l'invasion arabe à Poitiers
751 - Pépin le bref fonde la dynastie carolingienne
800 - Charlemagne devient empereur d’Occident
843 - Traité de Verdun : fin de l'Empire de Charlemagne
845 - Les Normands (Vikings) sont aux portes de Paris
947 - Introduction, par les Arabes du jeu d'échec en Europe
987 - 996 - Règne de Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne

L’âge roman (XIème – milieu du XIIème siècle)

1030 - 1050 - Apparition du style roman en architecture, dans la construction des églises et des monastères (lieux de vie des religieux)
1096 - Première croisade
1108 - 1137 - Règne de Louis VI le Gros
1120 - 1180 - Règne de Louis VII le Jeune
1140 - Apparition du style gothique en architecture

Le temps des cathédrales (milieu XIIème – XIIIème siècle)

1163 - Début de la reconstruction de la cathédrale Notre Dame de Paris, en style gothique
1180 - 1223 - Règne de Philippe II Auguste. Construction du palais du Louvre
1194 - 1260 - Construction des cathédrales de Chartres, de Bourges, d’Amiens, de Reims, de Rouen et de Strasbourg
1214 - Victoire de Philippe Auguste à Bouvines, contre Jean sans Terre, roi d’Angleterre, et Othon IV , empereur d’Allemagne
1226 - 1270 - Règne de Louis IX (Saint Louis)
1243 - 1248 - Construction de la Sainte Chapelle, à Paris
1285 - 1314 - Règne de Philippe IV le Bel
1291 - Chute de la dernière forteresse croisée en Terre Sainte

Crises et renouveau (XIVème – XVème siècle)

1328 - 1350

- Règne de Philippe VI, fondateur de la dynastie des Valois

1337

- Début de la guerre de Cent Ans, qui oppose la France à l’Angleterre

1348

- Épidémies de peste : environ 25 millions de morts en Europe

1358

- La grande Jacquerie : les paysans, affamés, se révoltent contre les seigneurs dans le nord de la France.

Émeute dirigée par Etienne Marcel à Paris

1364 – 1380

- Règne de Charles V le Sage. Plusieurs victoires contre l’Angleterre

1415

- Victoire des Anglais contre les chevaliers français, à Azincourt

1429

- Charles VII devient roi de France, grâce à Jeanne d’Arc

Vers 1450

- Invention de l’imprimerie par Gutenberg, en Allemagne

1453

- Fin de la guerre de Cent Ans

1461 - 1483

- Règne de Louis XI. Agrandissement du royaume de France

1483 - 1498 - Règne de Charles VIII
1492

- Découverte de l’Amérique par Christophe Colomb

1497

- Découverte de la route des Indes par Vasco de Gama

1498 - 1515 - Règne de Louis XII
Fin XVème

- En Italie, fin du Moyen Âge et début d’une nouvelle période de l’histoire, la Renaissance

1515 - 1547

- Règne de François Ier, dernier roi du Moyen Âge

Début de la Renaissance en France

À partir du IVème siècle, des peuples venus de l’est, notamment les Francs et les Wisigoths s’installent dans l’Empire romain d’Occident, qui s’effondre définitivement vers la fin du Vème siècle.

Sur ces ruines s’établissent des royaumes fondés par des peuples germaniques.

Cette période est décisive dans notre passé national, avec le nom même de notre pays, l’émergence de sa capitale et en même temps des grandes identités régionales.

Décisive aussi pour l’Europe avec d’un côté les différenciations territoriales et linguistiques, mais de l’autre, une première forme d’unité religieuse (la chrétienté), culturelle et artistique.

C’est enfin le temps de l’établissement de la troisième grande religion monothéiste, l’Islam, qui crée une nouvelle et brillante civilisation dominant le sud de la Méditerranée.

Les chrétiens et les musulmans vont s’affronter, notamment au cours des croisades, mais aussi échanger produits et idées.

Le temps des cathédrales

(Voir également "La naissance de l'islam")

...

 

...

Le temps des rois

Clovis et les premiers rois de France

(481-751)

Charlemagne et l'Empire

(751-987)

Les Capétiens et les cathédrales

(987-1328)

Les Valois et la Guerre de Cent Ans

(1328-1498)

...

Clovis et les premiers rois de France

(481 - 751)

Les Mérovingiens

Première dynastie régnant sur la France, les Mérovingiens tirent leur nom d'un ancêtre à moitié légendaire, Mérovée, qui aurait régné au milieu du Vème siècle sur les Francs saliens. Ceux-ci, installés dans le nord de la Gaule forment le groupe le plus important parmi les Francs, peuple germanique à la langue proche de l'actuel néerlandais.

Clovis 1er (465 - 511)

Ils ont été engagés par les Romains pour garder la frontière, de sorte que le titre de roi est au départ un titre accordé par Rome au général de cette armée barbare.

C'est seulement avec Clovis que cette dynastie règne réellement sur l'ensemble de la France actuelle.

Lorsque Clovis succède à son père Childéric, en 481, il ne règne que sur un territoire réduit au nord de la Gaule, dont la capitale est Tournai, et ne dirige que les Francs saliens. C'est par le fer et le sang qu'il va unifier la Gaule et les Francs.

En 486, il bat le général romain Syagrius, qui contrôlait le Nord de la Gaule, et prend Soissons. Puis il affronte et bat les autres peuples germaniques présents sur le sol gaulois : les Alamans à l'est, vaincus à Tolbiac, les Wisigoths en Aquitaine, écrasés en 507 à Vouillé.

Parallèlement, il fait assassiner systématiquement les autres rois francs, ainsi que leurs parents, pour devenir le seul roi des Francs.

C'est cependant par sa conversion au christianisme que Clovis parvient à donner une nouvelle dimension à son pouvoir.

En 496 ou 498, il est baptisé à Reims par l'évêque Rémi, en compagnie de centaines de chefs francs. Premier roi barbare catholique, il bénéficie désormais du soutien de l'église et des habitants du royaume, déjà en grande partie convertis. Sa femme, Clotilde, fille du roi des Burgondes et fervente catholique a été l'un des artisans de cette conversion, qui apporte une légitimité de droit divin à la dynastie royale.

Le baptême de Clovis

...

Le Vase de Soissons

En 486, l’armée franque de Clovis écrase celle de Syagrius et pille la région conquise : c’est dans ce contexte que se déroule le fameux épisode du Vase de Soissons.

Le vase provient en fait du diocèse de Reims : il s’agit d’un vase liturgique en argent qui est intégré au butin des Francs lors de la guerre opposant Clovis à Syagrius à la fin du Vème siècle. Saint Rémi, l’évêque de Reims, envoie un messager à Clovis afin qu’il restitue cet objet mais la règle de partage des prises de guerre était stricte : chaque part, y compris celle du roi, était tirée au sort. Afin de respecter les bonnes relations qu’il entretenait avec l’église et étant donné que le tirage au sort à Soissons (d’où le nom « vase de Soissons ») n’attribuera pas le vase à Clovis, ce dernier le réclamera en prétextant un passe-droit. Un soldat s’y oppose, frappe le vase avec une hache en disant : « Tu n’auras rien que ce que le sort t’attribuera vraiment ».

Clovis s’incline, mais parviendra tout de même à échanger d’autres objets contre le vase cabossé qu’il restituera aussitôt à l’évêque : il n’a donc pas été cassé comme l’indiquent certains manuels d’histoire. Lors d’une revue de son armée à Soissons bien plus tard, Clovis, qui avait la rancune tenace, remarque que les armes de celui qui avait frappé le vase étaient mal entretenues : il les jette à terre et tandis qu’il se penche pour les ramasser, Clovis lui fracasse le crâne en disant : « Ainsi as-tu fait à Soissons avec le vase ! ». Il profite ainsi du droit de vie et de mort que le roi avait sur ses sujets. Grâce à ce geste, il n’en sera que mieux respecté : les rois imposent leur autorité par la terreur !

« Ainsi as-tu fait à Soissons avec le vase ! »

...

En 511, date de la mort de Clovis, le royaume se trouve divisé entre ses fils, qui reçoivent chacun un royaume centré sur une capitale : Thierry à Reims, Clodomir à Orléans, Childebert à Paris et Clotaire à Soissons.

...

Les rois qui succèdent à Clovis sont appelés les Mérovingiens du nom du grand-père de Clovis, Mérovée.

Les rois mérovingiens ne sont pas de très bons rois. Ils se disputent le pouvoir et n'hésitent pas à recourir à l'assassinat pour récupérer des territoires.

Seul le roi Dagobert 1er est parvenu à rétablir l'unité du royaume pendant quelques années.

Après le roi Dagobert, lui succèderont des rois incapables et lâches que l'on surnommera les rois fainéants. Ils laissent gouverner à leur place leurs ministres.

Sous le règne de ces rois, les maires du palais des principales viles deviennent très puissants.

Dagobert 1er (602/605 - 638 ou 639)

...

L'un d'entre eux, Charles Martel devra faire face à la menace d'une invasion arabe, qu'il repoussera à Poitiers en octobre 732.

Bien qu'il n'obtint jamais le titre de roi, Charles Martel eut malgré tout plus de pouvoirs que les souverains francs de l'époque.

La dynastie mérovingienne était déjà à ce moment en pleine décadence.

Son pouvoir marque les prémices de la lignée carolingienne, confirmée par le sacre de l'un de ses fils, Pépin le Bref le 28 juillet 754.

 

Charles Martel à la bataille de Poitiers en 732

...

...

Charlemagne et l'Empire des Carolingiens

(751- 987)

Mais c'est le fils de Pépin le Bref qui reste le plus célèbre.

Charles Ier, dit le Grand ou Charlemagne, est né en 742 ou 748, sans certitude quant au lieu de naissance. Il est mort à Aix-la-Chapelle le 28 janvier 814. Il est roi des Francs (768-814), devient par conquête roi des Lombards (774-814) et est couronné empereur par le pape Léon III le 25 décembre 800, relevant une dignité prestigieuse disparue depuis l'an 476 en Occident.

Monarque guerrier, il agrandit notablement son royaume par une série de campagnes successives, en particulier par la lente mais néanmoins violente soumission des Saxons païens (772-804).

Après la mort de son père, en 768, Charlemagne partagea d’abord le royaume avec son jeune frère Carloman, et eut pour sa part la Neustrie, l’Aquitaine et la portion occidentale de l’Austrasie ; mais il demeura seul possesseur de tout le royaume à la mort de Carloman, en 771.

 

 Il avait remporté dès 770 une victoire complète sur les peuples d’Aquitaine, qui voulaient se rendre indépendants. Lorsqu’il se trouva seul maître de la France, il étendit partout ses conquêtes.

 

Il fit, à partir de 772, une guerre acharnée aux Saxons, qui, commandés par Witikind, lui opposèrent une vigoureuse résistance ; il n’acheva de les soumettre qu’en 804.

 

En 774, il défit Didier, roi des Lombards, qui menaçait le pape, et s’empara de ses États.

Charlemagne (742/748 - 814)

...

Il passa en Espagne en 778, et, malgré un échec subi à Roncevaux par son arrière-garde, que commandait Roland, son neveu, il remporta plusieurs victoires sur les Sarrasins et conquit toute la Catalogne

 

 

Roland sonne de l'olifant... Mais trop tard...

Roland au col de Roncevaux

 

Marsile, un roi sarrasin, a réuni 400 000 hommes qui se ruent sur les 20 000 Francs qui constituent l'arrière-garde de l'armée des Francs de Charlemagne, enclavée dans le col de Roncevaux.

Par fierté, Roland refuse alors de sonner l'olifant (cor) pour rappeler Charlemagne.

La première vague de Sarrasins (100 000 hommes) est contrée et exterminée. Mais au bout du cinquième assaut, les Francs ne sont plus que 60. Roland se décide alors à sonner de l'olifant, Charlemagne l'entend mais Ganelon le dissuade d'en tenir compte.

 La bataille continue, Roland tranche la main de Marsile qui s'enfuit. Olivier, un ami chevalier de Roland, mortellement blessé meurt dans ses bras. Roland reste seul avec son ami Turpin qui sont soudain assaillis par 400 Sarrasins qui les criblent de flèches avant de s'enfuir. Mourant Roland tente en vain de briser son épée, la vaillante Durandal.

Roland se couche alors le visage tourné vers l'Espagne et s'en remet à Dieu. Charlemagne très affecté condamne le traître Ganelon, symbole de la félonie. La fiancée de Roland, Aude, mourra quant à elle de chagrin.

 

...

En 788, il réduisit Tassillon, duc de Bavière, qui conspirait contre lui avec les Saxons, et ajouta ses États à son empire. De 791 à 798, il détruisit l’empire des Avares.

 

En 800, Léon III couronna Charlemagne empereur d’Occident.

 

En 813, il associa son fils Louis à l’empire.

 

Il mourut peu après, en 814.

 

 

 

Sacre de Charlemagne - 25 décembre 800 - St Pierre de Rome 

...

L'empire de Charlemagne, divisé en 3 en 843...

En 814, la succession de Charlemagne ne soulève aucun problème majeur. De ses quatre fils, trois sont morts prématurément avant leur père : Pépin d’Italie en 810, Pépin le Bossu et Charles en 811. 

Il ne reste donc plus que Louis d’Aquitaine, qui devient, en 814, empereur d’Occident sous le nom de Louis le Pieux.

Mais il n'en sera pas de même avec sa descendance et il s'en suit de nombreuses années de guerre entre Lothaire, Louis, Pépin et Charles, les fils de Louis le Pieux.

Finalement, en 843, lors du Traité de Verdun, l'Empire de Charlemagne est définitivement coupé en trois.

...

À partir de 840, les menaces extérieures deviennent un véritable fléau.

L'empire conquérant devient alors un empire agressé. Lourde à mobiliser et à manier, l'armée franque s'avère incapable de faire face aux incursions rapides et dévastatrices des agresseurs scandinaves, hongrois (898) ou musulmans, attirés par les richesses carolingiennes.

Les invasions des Vikings

  • En 843, une centaine de drakkars attaquent et pillent Nantes : l'évêque de Nantes sera tué dans sa cathédrale avec de nombreux fidèles,

  • En 845 : plus d’une centaine de drakkars remontent la Seine et pillent Paris en brûlant les monastères et les églises. L’armée royale de Charles le Chauve, désemparée, s’enfuit. Les vikings quittent la ville contre un tribu de 7000 livres d’argent,

  • En 852 : une centaine de drakkars s’installe en bord de Seine à Jeufosse, à mis chemin entre Rouen et Paris : ils pillent la vallée et incendient à Tours le Sanctuaire de Saint Martin, le plus populaire de Gaule. Charles le Chauve, aidé pourtant de son frère Lothaire, n’ose pas intervenir,

  • En 856 : Paris est à nouveau attaquée : ils menacent de tout brûler si on ne leur verse pas une forte somme d’argent : Charles le Chauve s’exécute,

  • ils récidivent en 858 et en 861.

  • Ce n'est qu'en 911 que le roi scandinave Rollon accepte le baptême et devient duc de Normandie, vassal du roi de France.

Débarquement des Vikings de leurs drakkars

Face aux difficultés extérieures qui redoublent dans la seconde moitié du IXème siècle, le cadre du royaume s'avère encore trop vaste pour assurer une défense efficace contre les envahisseurs.

Les rois confient donc à de puissants aristocrates de grands commandements militaires.

Les premiers châteaux à mottes

Le poids de la haute aristocratie se renforce ainsi face aux rois. Les liens vassaliques créent désormais un écran entre le roi et les fidèles des grands. Ducs et comtes parviennent à imposer l'hérédité de leurs charges en ligne directe et ils médiatisent l'autorité publique. Le seul lien qui les relie encore au roi est ce serment de fidélité que les princes du Midi négligent même de venir prêter. L'élection royale prend alors une importance grandissante.

Les guerres privées et les invasions se multipliant, les populations sont alors contraintes de chercher refuge à l'abri des châteaux de bois, construits sur des mottes de terre rapportée.

 

Site de Saint-Sylvain-d'Anjou - Reconstitution d'un château à mottes

C'est le début de la féodalité et des premiers châteaux forts.

...

...

Les Capétiens : le temps des cathédrales et des croisades

(987 - 1328)

Le 22 mai 987 meurt Louis V. En juin, l'assemblée des grands du royaume réunie à Senlis élit Hugues Capet, de préférence au Carolingien Charles, oncle de Louis V. Mais il ne reste plus grand chose de l'Empire de Charlemagne et le roi de France doit se contenter d'un territoire réduit, et surtout beaucoup plus petit que celui de ses principaux vassaux.

Le règne de Hugues Capet fut, au final, aussi peu agité que court. Le roi mourut en 996, âgé de 54 ans. En 988, il avait déjà fait couronner roi et associer au trône son fils Robert.

Pendant deux siècles, les Capétiens prirent coutume de faire couronner de leur vivant leur fils aîné. Ainsi, grâce à cet usage, la royauté qui était élective à l’avènement des Capétiens, devint héréditaire, comme sous la dynastie mérovingienne et carolingienne.

Robert le Pieu lui succéda donc de 996 à 1031.

Puis ce fut le tour de Henri Ier de 1031 à 1060, Philippe Ier de 1160 à 1108, Louis VI le Gros de 1108 à 1137, Louis VII le Jeune de 1137 à 1180. Mais ces premiers rois de France ne brillèrent pas par leurs exploits...

C'est avec le règne de Philippe II (Philippe Auguste) que la royauté française reprit de l'importance.

Philippe Auguste monte sur le trône de France le 1er novembre 1179, il n'a alors que 15 ans.

Il est le premier Capétien énergique et habile, à avoir une vision de la monarchie aux dimensions de la France.

Philippe Auguste n'aura de cesse tout au long de son règne d'accroître le pouvoir royal, usant de mariages, d'alliances et le plus souvent des armes pour parvenir à ses fins.

Cependant, sa préoccupation principale est de lutter contre la puissance inquiétante des rois d’Angleterre, désormais dotés de fiefs continentaux en Normandie.

Cela n'empêcha pas le roi français de participer avec Richard Cœur de Lion , roi d'Angleterre, à la 3ème croisade en Terre Sainte en 1189.

En 1202, Philippe Auguste confisque les fiefs français du roi d'Angleterre Jean sans Terre qui a succédé à son frère Richard.

Le 27 juillet 1214, Philippe Auguste est victorieux à Bouvines sur l'empereur allemand Othon IV de Brunswick.

Philippe Auguste (1164 - 1223)

À la fin du règne de Philippe Auguste (en 1223), le domaine royal est quatre fois plus étendu qu’à son avènement, allant de l’Artois à la Saintonge, de l’Atlantique à la Loire, rejoignant l’Auvergne et la vallée du Rhône. Il fixe la cour à Paris.

C’est avec Philippe Auguste, et grâce à lui, que le royaume de France, dépassant la principauté d’Île de France, devient une puissance de premier plan en Europe.

...

Louis VII, venu à l'aide du roi de Jérusalem Baudouin III contre les Sarrasins, en 1148

Les croisades

Les huit croisades qui eurent lieu entre 1095 et 1270 ont eu une grande répercussion sur la société européenne et en particulier sur la France.

Depuis près d'un siècle, les exactions des Musulmans à l'encontre des intérêts des Chrétiens conduisent l'Empereur Byzantin a appelé l'Occident à l'aide. Le Pape Urbain II décida d'organiser une expédition pour délivrer la ville sainte de Jérusalem. La première croisade des princes et des nobles se termine quatre ans plus tard par la prise de Jérusalem par Godefroy de Bouillon.

On appelait les croisés ces chevaliers armés qui combattaient au nom de la Croix mais avec autant d'ardeur guerrière que religieuse.

Suivant le chemin des pèlerinages, les croisades combinaient les motivations politiques, religieuses et économiques dans des proportions diverses car leur but général était d'assurer aux chrétiens le libre accès non seulement au tombeau du Christ mais aussi aux pays et aux richesses du proche Orient.

(Voir également "les croisades")

...

Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste ne règnera que 3 ans (1223 - 1226).

Blanche de Castille sera régente du royaume pendant 12 ans, en attendant la majorité de Louis IX le Saint, plus connu aujourd'hui sous le nom de Saint Louis.

...

Né en 1214, Saint Louis a régné entre 1226 et 1270. Devenu roi à 12 ans, le gouvernement est confié à sa mère qui devient régente. Elle fait face avec succès à la révolte des grands seigneurs qui tentaient de retrouver la liberté vis-à-vis du pouvoir royal.

Une fois parvenu au pouvoir, Louis IX agrandit le domaine royal en annexant le Languedoc en 1229.

En 1234, il se marie avec Marguerite de Provence qui lui donnera onze enfants.

En 1242, Louis IX dut faire face à une révolte des seigneurs aquitains soutenus par le roi d'Angleterre.

Sacre de Louis IX - 29 novembre 1226 - Reims

Il a participé également à deux croisades. Au cours de la septième croisade en 1250, il est fait prisonnier par les musulmans d'Égypte puis est libéré contre une rançon, mais il reste quatre années en « Terre Sainte ».

En 1259, il signe le traité de Paris avec les Plantagenêt, les rois d'Angleterre. Les Anglais reçoivent des territoires dans le sud-ouest de la France mais renoncent à des territoires (Normandie, Anjou et Maine) et se reconnaît vassal du roi de France pour son duché de Guyenne.

 Il prend part à la huitième croisade et meurt de la peste à Tunis en 1270.

Louis IX, un roi chrétien... mais intolérant !...

Au cours de son règne, Saint Louis a réussi à imposer sa monnaie dans tout le royaume de France. Il fait appliquer ses ordonnances par les baillis et les sénéchaux. Il tente de limiter les guerres entre seigneurs. Enfin, Louis IX met en place la possibilité d'en appeler à la justice royale.

Roi chrétien très croyant, Louis IX fait construire la Sainte-Chapelle à Paris pour abriter les reliques de Jésus. Il offre un vitrail à la cathédrale de Chartres. Pendant son règne, il fonde plusieurs hôtels-dieu, des bâtiments qui accueillent les pauvres et les malades. L'Église catholique en fait un saint canonisé en 1297.

Mais durant son règne, Saint Louis aura également persécuter les Juifs du royaume et instaurer l'Inquisition.

...

Philippe III dit le Hardi, fils et successeur de Louis IX fut roi de France de 1270 à 1285.

...

Philippe IV dit Philippe le Bel, fils et successeur du roi Philippe III, fut roi de France de 1285 à 1314.

S'appuyant sur des hommes de loi (les légistes), il affirma la supériorité du pouvoir royal sur toutes les autres formes de pouvoirs qui existaient jusque-là dans le royaume.

Édouard Ier, roi d'Angleterre rend hommage à Philippe le Bel, le 5 juin 1286.

Il mit fin, provisoirement, aux conflits avec le roi d'Angleterre en mariant sa fille Isabelle avec l'héritier du trône anglais Henri II.

Il tenta d'annexer le comté de Flandres et fut plusieurs fois sévèrement battu par les Flamands. Il réussit cependant à s'emparer de Lille, Douai et Béthune. Mais les Flamands en gardèrent rancune et se tournèrent plus volontiers vers les Anglais (ce fut une cause de la guerre de Cent Ans).

Il lutta contre l'influence du pape sur l'organisation de l'Église catholique dans le royaume. Il fit enlever et garda en captivité le pape Boniface VII et il imposa, en 1305, l'élection d'un pape d'origine française. Pour obtenir l'appui des Français dans sa lutte contre le pape, il convoqua en 1302 les premiers États généraux.

Pour faire face à ses difficultés financières, il essaya sans succès d'établir des impôts royaux permanents. Aussi, il s'en prit aux Juifs et aux banquiers (les Lombards) dont il confisqua les biens avant de les bannir.

Il tenta, et réussit en partie, de s'emparer des richesses accumulées par les moines-soldats : les templiers.

Sous son règne, le royaume de France s'agrandit de Lyon et de sa région.

...

Louis X dit le Hutin (ou le Querelleur), fils du roi Philippe IV ne régna que 2 ans de 1314 à 1316.

Jean Ier, qui le suivit, fut roi de France pendant cinq jours en 1316.

...

Philippe V, le long (1292/1293 - 1322)

Philippe V, fils de Philippe IV, fut roi de France et de Navarre de 1316 à 1322. Il succéda à son frère Louis X après avoir exercé la régence du royaume en attendant la naissance et la mort rapide de son neveu Jean Ier.

Pour accéder au trône à la mort de son frère et de son neveu, il écarta sa nièce Jeanne en invoquant la loi salique qui refusait le trône aux femmes.

Il créa une Chambre des Comptes pour surveiller la comptabilité des revenus provenant du domaine royal. Il échoua dans sa tentative d'unifier les poids et mesures dans le royaume.

Il favorisa l'action répressive de l'Inquisition catholique dans le Midi du royaume.

Il mourut en 1322 en ne laissant que des filles. La loi salique fut donc appliquée et ce fut son frère Charles qui lui succéda.

...

Charles IV fut roi de France et de Navarre de 1322 à 1328. Il était le fils de Philippe IV et il succéda à son frère Philippe V après avoir écarté les filles de ce dernier en appliquant la loi salique. Il fut le dernier roi de la dynastie des Capétiens directs.

Il réorganisa la justice et les finances.

 Mais Charles IV mourut en ne laissant que des filles. Les grands seigneurs français choisirent comme roi, son cousin Philippe de Valois neveu de Philippe IV et écartèrent le neveu du roi (et petit-fils de Philippe IV mais par une femme) Édouard III roi d'Angleterre.

Mariage de Charles IV le Bel et de Marie de Luxembourg,

 le 21 septembre 1322

Ce fut l'une des causes directes de la guerre de Cent Ans.

...

...

Les Valois et la Guerre de Cent Ans

(1328 - 1498)

 

29 mai 1328 - Sacre de Philippe VI

Philippe VI fut roi de France de 1328 à 1350. Il est le premier roi de la dynastie des Capétiens-Valois.

Philippe VI fit victorieusement la guerre aux Flamands révoltés contre leur comte, ce qui lui valut l'hostilité des habitants de cette très riche région d'Europe. Édouard III, roi d'Angleterre, qui, en 1329, lui avait fait hommage pour le duché de Guyenne devint mécontent des empiètements que Philippe VI menait dans le duché. Aussi en 1337, Édouard III revendiqua la couronne de France et déclara la guerre, marquant le début de la guerre de Cent Ans.

Philippe VI perdit la bataille navale de l'Écluse en 1340, puis celle de Crécy en 1346. La ville de Calais devint anglaise en 1347 et une trêve fut alors instituée.

Philippe VI agrandit néanmoins le royaume de France en achetant le Dauphiné et Montpellier en 1349. Avec son accession au trône d'autres régions (Valois, Chartres, Maine et Anjou) réintégrèrent le domaine royal.

En 1348, une violente épidémie depeste noire ravagea la France et l'Europe.

...

Jean II dit le Bon (ou le Brave) succéda à son père Philippe VI et fut roi de France de 1350 à 1364.

En 1356, il fait la guerre à son gendre Charles II de Navarre. La trêve avec les Anglais étant rompue, en 1356, Jean II le Bon est battu et fait prisonnier à Poitiers par le Prince Noir, fils du roi Édouard III d'Angleterre. Il est emmené en captivité dorée en Angleterre.

Le dauphin Charles assura la régence du royaume, dut faire face à la révolte de la Jacquerie, payer l'énorme rançon exigée pour la libération du roi (trois millions d'écus d'or) et signer le désastreux traité de Brétigny (1360), qui détachait du royaume tout le sud ouest du pays. Le roi fut libéré. Mais il retourna en Angleterre en 1363, après l'évasion de son fils Louis d'Anjou qui y était resté comme otage. Il y mourut en 1364.

19 septembre 1356 - Capture de Jean II le Bon

Jean le Bon donna en apanage à ses fils cadets d'énormes territoires : la Bourgogne, l'Anjou, l'Auvergne, le Berry et le Poitou. L'apanage de la Bourgogne se révèlera un grand danger pour la royauté.

...

Charles V fut roi de France de 1364 à 1380. Il succéda à son père le roi Jean le Bon. Contrairement à son père, il n'était pas un roi guerrier mais il sut s'entourer d'hommes de guerres remarquables.

Charles V a eu recours également à l'Inquisition

Durant la captivité de son père en Angleterre (1365-1364), il assura la régence du royaume. Il triompha des révoltes populaires de la Jacquerie et des Parisiens dirigés par Étienne Marcel. Il dut signer le désastreux traité de Brétigny qui donnait en toute souveraineté le sud-ouest de la France au roi d'Angleterre.

Après la mort de son père, il reprit la guerre contre les Anglais et grâce à l'action du connétable Bertrand Du Guesclin, il parvint à récupérer presque tout ce qu'il avait cédé à Brétigny. Il mit fin à la guerre contre le roi de Navarre et débarrassa le royaume des Grandes Compagnies qui le ravageaient (Du Guesclin les emmena combattre en Castille où il y avait une guerre de succession).

Charles V fut un grand bâtisseur. À Paris, il reconstruisit la forteresse du Louvre et fit bâtir la forteresse de la Bastille. Il créa la Bibliothèque royale (ancêtre de la Bibliothèque nationale de France). Bon administrateur, il institua les premiers impôts permanents permettant ainsi au roi de disposer de revenus supplémentaires à ceux tirés du domaine royal.

...

Charles VI fut roi de France de 1380 à 1422. Il succéda à son père le roi Charles V.

Son règne fut marqué par sa folie et la guerre civile qui en résulta.

N'ayant que douze ans à la mort de son père, la régence du royaume fut assurée conjointement par ses oncles les ducs d'Anjou, de Berry, de Bourgogne et de Bourbon. Ceux-ci durent faire face à de nombreuses révoltes populaires, les Maillotins à Paris, les Tuchins en Languedoc et les Flamands.

En 1392, le roi est frappé de folie intermittente. Les grands seigneurs se déchirèrent pour savoir qui gouvernerait. Débuta alors une guerre civile entre les Armagnacs (partisans du duc d'Orléans et du dauphin Charles) et les Bourguignons (partisans du duc de Bourgogne, allié de la reine Isabaut de Bavière).

1392 - Charles VI est pris de folie et attaque ses propres troupes

Après le désastre militaire, contre les Anglais, de la bataille d'Azincourt en 1415, on fit accepter au roi, en 1420, le traité de Troyes. Le roi déshérita son fils Charles, maria sa fille au roi Henri V d'Angleterre qui devint régent de France et héritier de la couronne.

...

Charles VII fut roi de France de 1422 à 1461. Il succéda difficilement à son père Charles VI.

Chef du camp des Armagnacs, il se réfugia à Bourges pendant la guerre civile qui opposa les Armagnacs et les Bourguignons. À la mort de son père, il devient le roi Charles VII, mais ne peut se faire sacrer, la ville du sacre, Reims, étant sous contrôle des Anglais.

Il ne peut, faute de soldats, conquérir la totalité de son royaume.

17 juillet 1429 : Charles VII est sacré à Reims

L'intervention de Jeanne d'Arc qui délivra Orléans assiégée par les Anglais, et conduisit le roi à Reims (1429) pour se faire sacrer, lui permit de s'affirmer. Après la mort de Jeanne d'Arc, il reconquit une partie des territoires du bassin parisien contrôlés par les Anglais. Il se réconcilia avec le duc de Bourgogne et put rentrer dans Paris (1436).

Il organisa une armée permanente avec la création des compagnies d'ordonnance pour la cavalerie et celle des Francs archers pour l'infanterie.

La guerre contre les Anglais reprit en 1450. La Normandie puis l'Aquitaine sont reprises.

La guerre cessa après la défaire anglaise de Castillon et la prise de Bordeaux en 1453. Les Anglais ne conservaient que Calais. Cela mit fin à la guerre de Cent Ans.

...

Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc est née à Domrémy (en Lorraine) le 5 ou 6 janvier 1412.

Aînée d'une famille de cinq enfants, elle est très pieuse. Alors qu'elle a 13 ans, elle raconte entendre des voix divines. Ces voix lui soufflent de libérer la France de l'envahisseur (les Anglais et les Bourguignons) et de faire sacrer le dauphin à Reims.

Elle rencontre Charles à Chinon et surmonte les réticences par sa candeur, sa foi, son assurance et l'enthousiasme qu'elle soulève dans le peuple. Charles VII accepte de la laisser rejoindre Orléans pour y briser le siège fait par les Anglais. Elle parvient à redonner confiance aux soldats français épuisés et les assaillants abandonnent le siège dans la nuit du 7 au 8 mai 1429.

Après cette victoire, Jeanne arrive à convaincre le dauphin de se faire sacrer roi à Reims, mais la ville est située en plein territoire ennemi. La victoire à Orléans a redonné confiance dans la cause du dauphin et la population, bien que dominée par les Anglais, les laisse passer.

Le dauphin est sacré le 17 juillet 1429.

Après cela, Jeanne continue la guerre, mais elle est capturée le 23 mai 1430 à Compiègne, puis vendue aux Anglais. Ils lui intentent un procès en hérésie, et finissent par la condamner à la mort par les flammes. Elle est brûlée vive à Rouen le 30 mai 1431, elle a 19 ans...

Jeanne d'Arc au siège d'Orléans - 29 avril / 8 mai 1429

...

Pour financer l'armée permanente, le roi leva des impôts royaux (la taille) qui rentrèrent régulièrement dans les caisses. L'essor commercial fut vigoureux grâce à l'action du Grand Argentier Jacques Cœur.

Charles VII limita les moyens d'action de la papauté en France en se donnant le pouvoir de proposer les candidats à l'élection des évêques (Pragmatique sanction de Bourges de 1438).

...

Louis XI succéda à son père le roi Charles VII et fut roi de France de 1461 à 1483.

Pendant sa jeunesse, Louis qui s'entendait mal avec son père se révolta plusieurs fois contre lui (1440 et 1455). Devenu roi, il passa une grande partie de son règne à lutter contre les grands seigneurs, en particulier son cousin le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, mais aussi le duc de Bretagne, voire son propre frère Charles de Berry.

Avec des hauts et des bas (le duc de Bourgogne en colère contre la perfidie du roi le retient prisonnier à l'entrevue de Péronne), en utilisant les moyens les plus divers et les plus contestables (achat des alliés, mensonges...) il arrive à vaincre Charles le Téméraire qui trouve la mort devant Nancy en 1477.

La mort du duc de Bourgogne, un prince apanagé permet à Louis XI de récupérer le duché de Bourgogne et la Picardie, malgré la guerre qui l'opposa à Maximilien d'Autriche époux de l'héritière unique du Téméraire. À la mort d'un de ses cousins le roi René d'Anjou, en 1481, il reprend l'apanage de celui-ci (Anjou, Maine et Provence) qui réintègrent le domaine royal.

Afin de gouverner à sa guise, Louis XI s'entoura de conseillers d'origine roturière et il renforça l'armée royale permanente. Louis XI développa l'économie du royaume. Il encouragea l'introduction de la soierie à Lyon, ainsi que l'installation de la toute nouvelle technique de l'imprimerie.

Louis XI (1423 - 1483)

 Il créa le service de la poste et améliora le réseau routier. Le considérable agrandissement du domaine royal l'obligea à créer, à côté du Parlement de Paris, des parlements provinciaux pour rendre la justice (Grenoble, Bordeaux et Dijon).

En dépit de la mauvaise réputation qu'il avait (superstition, avarice, cruauté, fourberie), Louis XI fut l'un des plus grands rois de France.

...

Charles VIII, fils et successeur de Louis XI, est né le 30 juin 1470 au château d'Amboise.

Le 22 juin 1483 il épouse Marguerite d'Autriche (1480-1530) (qu'il répudia en 1491) et devient roi le 30 août de la même année. Pendant sa minorité la régence fut assuré par sa sœur Anne de Beaujeu. Celle-ci fit face avec succès à la révolte du duc de Bretagne et du duc d'Orléans (le propre cousin et héritier du roi) : c'est la Guerre folle de 1485 à 1489.

En 1488, à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, l'armée royale défait les troupes du duc d'Orléans et du duc de Bretagne.

La paix avec la Bretagne aboutit en 1491 au mariage de Charles VIII avec Anne de Bretagne l'héritière du duché.

12 mai 1495 - Entrée de Charles VIII à Naples

Charles VIII cherche à obtenir la neutralité de Maximilien de Habsbourg, archiduc d'Autriche et empereur d'Allemagne. Ce dernier avait été fiancé à Anne de Bretagne, puis s'était marié avec l'héritière des ducs de Bourgogne. Charles VIII rend à Maximilien, l'Artois et la Franche-Comté qui avaient été confisqués par son père Louis XI. Puis il essaie de récupérer le royaume de Naples (en Italie) dont il est devenu l'héritier à la mort de René d'Anjou, roi de Naples. Naples était entre les mains du roi d'Aragon Ferdinand le Catholique. Charles VIII part donc pour l'Italie, c'est la première des guerres d'Italie. Il conquiert Naples en 1495. Mais une grande partie des princes européens s'étant coalisés contre lui, Charles VIII doit regagner (difficilement) la France. Il abandonne sa conquête.

Charles VIII meurt le 8 avril 1498 en heurtant le linteau d'une porte trop basse du château d'Amboise.

Ses enfants étant morts en bas âge, il laisse le trône à son cousin le duc d'Orléans Louis XII.

...

Mais par ailleurs, les progrès et les découvertes de l'époque incitent les historiens à situer à cette époque la fin du Moyen Âge, notamment à la suite de la découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492. 

...

 

 

...

La société au Moyen Âge

Les prêtres Les chevaliers Les paysans

...

 

Au Moyen Âge la société est divisée en 3 ordres :

 

- Ceux qui prient (les hommes d'Église : les prêtres)

 

 

- Ceux qui combattent (les chevaliers)

 

 

- Ceux qui travaillent (les paysans)

 

 

...

Ceux qui prient : les prêtres

L'Église est le premier ordre de la société. La religion chrétienne est partout présente dans la vie quotidienne : à la naissance a lieu le baptême, on se marie devant Dieu et on doit mourir lavé de tous péchés (on doit se confesser au prêtre). On doit assurer son salut (aller au Paradis) par des bonnes actions ou des pèlerinages (aller à pieds vers des lieux saints comme Jérusalem ou Saint-Jacques de Compostelle en Espagne)  durant toute sa vie. On craint l'Enfer et le Diable.

Le baptême de Clovis

Le mariage de Philippe III et de Marie de Brabant

Un pèlerin

La succession des fêtes chrétiennes rythme l'année (Noël, Pâques, etc.).

Les hommes d'Église sont appelés clercs (membres du clergé) : ils doivent être célibataires (ils doivent appartenir corps et âme à Dieu).

Le pape , la plus haute autorité de l'Église, est élu par les cardinaux.

 

Grégoire VII

Urbain II

Innocent III

Deux grands papes se distinguent au Moyen Âge : Grégoire VII (XIème siècle) et Innocent III (XIIIème siècle), qui font du pape la plus grande autorité spirituelle de la Chrétienté.

L'église est un lieu sacré et inviolable qui se situe au centre de tous les villages et sa cloche annonce les semaines et les jours. Les curés dirigent leurs paroisses (ancêtres de nos villes).

L'importante ferveur religieuse au Moyen Âge a également permis la construction de nombreux bâtiments religieux (cathédrales, églises, monastères...).

...

Quelques dates :

- En 910 est fondé l'ordre des moines de Cluny (ville de Bourgogne) qui devient très puissant : partout en Occident on trouve des monastères "clunisiens".

- En 1054 : il y a une séparation entre l'Église byzantine et l'Église catholique ; c'est le schisme d'Orient qui voit la naissance de la religion orthodoxe (religion de la Russie aujourd'hui par exemple).

- En 1095, Urbain II prêche pour la première croisade en "Terre Sainte".

- En 1163, c'est le début de la construction de la cathédrale Notre Dame à Paris.

- En 1210 c'est la fondation de l'ordre des franciscains (du nom du fondateur, l'Italien St-François d'Assise).

- En 1270, c'est le retour de la huitième et dernière croisade.

- En 1297, canonisation de Louis IX qui devient Saint Louis.

- En 1378, le schisme d'Occident met en place 2 lignées pontificales à Rome et à Avignon.

...

...

Ceux qui combattent : les chevaliers, les nobles

On appelle chevaliers les combattants qui ont les moyens d'avoir un armement. Seuls les riches pouvaient devenir chevalier car il fallait beaucoup d'argent pour acheter tout l'équipement (heaume, haubert, armure, bouclier, épée, lance et surtout cheval). C'est un groupe fermé : seul un fils de chevalier peut devenir chevalier.

On devient chevalier par la cérémonie de l'adoubement  : on remet les armes et on fait un signe de croix avec l'épée sur le jeune homme.

Préparation à l'adoubement

Jean II adoubant des chevaliers

Un chevalier peut se placer sous la protection d'un seigneur plus puissant, il devient son vassal : c'est la cérémonie de l'hommage. Le vassal doit obéissance à son seigneur et en échange il reçoit un fief (souvent une terre).

C'est pourquoi on appelle cette société féodale.

Le seigneur est la personne qui possède un château.

Les châteaux du Moyen Âge sont appelés châteaux forts car ils étaient faits pour protéger le seigneur et la population du village en cas d'attaques ennemies. La plupart des châteaux avaient une tour, un donjon, des créneaux, des meurtrières et des remparts.

Au sommet de la pyramide féodale il y a le roi, qui est le plus grand des seigneurs au Moyen Âge.

Les chevaliers sont aussi appelés nobles ou gentilshommes (en opposition aux vilains = les paysans).

Comme ils risquent leurs vies en combattant ils ont droit à des privilèges (ils ne travaillent pas et ne paient pas d'impôts). Leurs loisirs sont la chasse et les tournois.

Scène de chasse

Scène de tournoi

On exige du noble plusieurs qualités : la loyauté, le courage, le sens de l'honneur, le respect de l'adversaire, la défense de la veuve et de l'orphelin....

...

...

Ceux qui travaillent : les paysans

Durant le Moyen Âge, la plupart des gens sont des paysans qui habitent à la campagne.

Dans les villages, on trouve généralement en plus des habitations traditionnelles une église, un moulin, un puits et une place. Les villages sont généralement habités par des paysans libres.

Les villes sont peu nombreuses et très sales ; elles sont protégées par des remparts.

Les églises y sont construites en pierre et les maisons en bois, ce qui explique les nombreux incendies et les maladies qui ravageaient souvent la population des cités.

Les paysans (appelés aussi vilains ou manants) constituent 90 % de la société au Moyen Âge. Certains paysans ne sont pas libres : ce sont les serfs.

Ils vivent souvent dans la dépendance d'un seigneur, propriétaire de la seigneurie.

La seigneurie comprend deux parties : la réserve, qui est la terre dont les produits appartiennent directement au seigneur, et les tenures, qui sont les terres cultivées par les paysans.

Les paysans ont une vie quotidienne très dure.

Le travail des champs est pénible. On cultive les céréales (blé, seigle, avoine) et on vit de la cueillette dans les forêts. Faute d'engrais le sol doit être laissé en jachère (en repos sans qu'on le cultive).

Entre le XIème et le XIIIème siècle la population européenne augmente.

Pour nourrir les nouveaux habitants les paysans font des défrichements (on remplace la forêt par des terres cultivables).

L'existence est monotone et en cas de fortes pluies ou de grêle on manque de nourriture (c'est la disette, moins grave que la famine).

...

 

 

...

Documents divers

...

Les châteaux Les chevaliers Des cartes Divers Vidéos

...

Les châteaux forts

Au Moyen Âge, un château fort est une grande habitation fortifiée où vivent le seigneur et sa famille.

Le château fort est construit en général près d'un village, sur une butte naturelle ou artificielle pour voir de loin les attaquants arriver. Cette disposition permet aussi de rendre l'assaut plus difficile car les assaillants doivent monter une pente.

Les premiers châteaux étaient construits en bois. Plus tard, on les bâtit en pierre et on les protégeait par des murailles.

...

L'évolution des châteaux forts au Moyen Âge

- Durant le IXème siècle, face à des menaces extérieures (les Normands et les Sarrasins), la population rurale sous la domination d'un seigneur (principe de la féodalité) se protège derrière des protections en bois. Les premiers châteaux forts sont construits près de sources d'eau, de grandes étendues de terre (culture). Ce sont de simples tours de bois, élevées sur une hauteur naturelle ou sur une motte de terre artificielle. Un fossé et une palissade entourent celle-ci et la protègent des dangers extérieurs. Les premières fortifications se situent près de forêts pour fournir les besoins en bois de construction.

- À partir du XIème siècle, on commence à construire des châteaux de pierre. Mais le plus grand nombre est toujours en bois. Les donjons sont de forme circulaire ou carré. Les murs d'enceinte sont renforcés par des tours rondes ou carrées. Ces transformations sont les conséquences des croisades. Les châteaux en Orient sont construits en pierre.

Au XIIIème siècle, l'agrandissement du royaume de France, la croisade contre les Albigeois, obligent à la construction de châteaux forts de plus en plus imposants et puissants pour faire face à l'ennemi. Le château est construit entièrement en pierre. Le système de défense se perfectionne tel le château de Coucy (triple enceinte et défenses perfectionnées) ou la forteresse de Château-Gaillard.

Au XVème siècle, notamment suite à la fin de la Guerre de Cent ans en 1453, les châteaux forts deviennent de vrais palais de rêve comme à Saumur. Le château fort de Bonaguil en Lot et Garonne, construit entre 1445 et le début du XVI° siècle marque la fin des châteaux médiévaux. Cette forteresse est capable de résister à l'artillerie mais n'a cependant jamais subi aucun siège.

...

L'attaque d'un château fort

Plusieurs techniques sont utilisées pour attaquer un château fort.

L'assaut donné avec échelles permettant de franchir une muraille est appelé echelade. Il est assez courant, mais la méthode la plus utilisée est la sape qui consiste à provoquer une brèche dans une enceinte. Pour cela, des sapeurs protégés sous des galeries de bois creusent et enlèvent les pierres de la muraille pour provoquer son effondrement. Une autre manœuvre appelée mine consiste à creuser sous la base de la muraille.

Enfin, une dernière méthode est le siège qui consiste à affamer et assoiffer les assiégés en contrôlant tout le tour de l'enceinte. Mais il demande de nombreux hommes et un approvisionnement régulier en nourriture des assiégeants, ce qui peut coûter cher.

Les assiégeants pouvaient également construire des engins de siège afin de venir à bout des défenses et des murailles.

Dans un château fort, on trouve généralement :

Replace les éléments du château au bon endroit :

Les remparts sont régulièrement séparés par des tours, à intervalles réguliers le long des remparts, percées de meurtrières (ouvertures étroites et rectangulaires d'où les archers tiraient des flèches sans être atteints).

Le haut des murs des tours, des remparts et du donjon est couronné par des merlons (les parties pleines) et des créneaux (les parties vides). Les archers et les soldats tiraient entre ces créneaux, puis se cachaient derrière les merlons.

Souvent, le chemin de ronde est ajouré par des mâchicoulis (trous qui sont à la verticale du pied extérieur des murs). Par ces trous, on pouvait jeter sur les assaillants toutes sortes de projectiles ou même de l'huile bouillante.

...

...

Bertrand du Guesclin (1320 - 1380)

Les chevaliers

La puissance des seigneurs locaux s'appuie certes sur les châteaux, mais elle s'appuie davantage sur les chevaliers. Le chevalier est un homme avec une armure qui défend un seigneur, le roi, la reine et les faibles.

...

La vie des chevaliers

Il faut de longues années pour devenir chevalier. On commence dès l'âge de huit ans à apprendre la danse, le chant, la lecture, l'écriture puis plus tard, à monter à cheval, à se servir des armes et à se battre. Ces longues années d'apprentissage sont sanctionnées, vers l'âge de 14 ans, par une cérémonie de remise des armes que l'on appelle adoubement. L'adoubement célébrait l'entrée de l'individu dans la chevalerie.

À l'origine, cette cérémonie n'était un simple coup violemment asséné (la colée). Dès le 11ème siècle, l'adoubement devient un véritable sacrement, une cérémonie codée avec prières et bénédiction des armes. Cette cérémonie fait date dans la vie du jeune homme pour qui commence alors la vie libre et indépendante avec les devoirs qu'elle entraîne.

...

L'adoubement se déroule ainsi :

   - En signe de purification, on dépouille le jeune homme de ses vêtements et on le met au bain.

   - Il revêt alors une tunique blanche, symbole de pureté.

   - Ainsi vêtu, il lui faut faire, pendant 24 heures, un jeûne rigoureux, et ce, pour ensuite se retirer dans la chapelle du château ou dans une église afin d'y prier toute la nuit.

   - Le lendemain, il assiste à la messe, puis passe une tunique rouge, symbole du sang qu'il est prêt à verser.

   - Un ancien le ceint alors d'un baudrier portant une épée bénie et lui donne alors un coup au visage, la colée.

   - Le futur chevalier prête ensuite serment de mettre son épée au service du droit et de protéger les faibles.

     Être chevalier signifie la prouesse (capacité de montrer sa force physique, d'accomplir un exploit militaire), la loyauté ( le groupe est scindé par des échanges de service, des obligations, il ne faut pas trahir les autres) et la largesse (par mépris des richesses, on refuse d'en accumuler et, au contraire, on se doit de les dissiper pour le plaisir et par la fête).

...

Une autre cérémonie importante dans la vie du chevalier est celle de l'hommage et de la foi.

Baiser de la cérémonie de l'hommage entre le roi de France et le roi d'Angleterre

    Cette cérémonie fait en sorte que le chevalier devient le vassal du seigneur qui, lui, devient le suzerain de son vassal. Elle inscrit donc le chevalier dans une relation de dépendance avec un autre chevalier ayant plus de puissance.

 

          La cérémonie de l'hommage et de la foi se déroule ainsi : 

   - Tête nue, sans armes et à genoux, le futur vassal place ses mains jointes entre celles du seigneur qui deviendra son suzerain (il admet ainsi se livrer entièrement au pouvoir d'un autre).

   - Le seigneur se relève et l'embrasse sur les lèvres (les deux hommes se retrouvent alors au même niveau, l'amitié remplace la sujétion).

   - Le vassal jure alors d'être fidèle à son seigneur.

 

          Après cette cérémonie, les deux hommes se trouvent être liés à vie.

...

Le lien vassalique est constitué d'obligations réciproques.  En effet, le seigneur établit son vassal sur une terre qu'il lui concède, le fief, et lui donne protection judiciaire et militaire.

En revanche, le vassal a certaines obligations.  En effet, il doit participer à la rançon du seigneur prisonnier, participer aux fêtes de l'adoubement de son fils aîné, participer aux fêtes de mariage de sa première fille mariée et participer au coût de son départ pour la croisade.

...

Clique sur les images des chevaliers pour les agrandir !...

...

La chasse et les tournois

 

Scène de tournoi

Ce qui distingue le chevalier de l'homme du peuple, c'est que ce dernier ne travaille pas. Il occupe ses loisirs à des exercices qui le préparent et l'entraînent à ses fonctions militaires : la chasse et le tournoi.

La chasse se déroule selon un rituel bien précis : dès l'aube, le maître-veneur va repérer une horde et isoler un animal. Puis, les cavaliers, guidés par ce dernier, se lancent, à l'aide de leurs chiens, à la poursuite de l'animal. Le cavalier tue finalement l'animal du haut de son cheval avec une lance ou une épée. Les gibiers les plus courus sont le cerf, le sanglier, le renard, le loup et le chevreuil.

Scène de chasse

D'autre part, le tournoi, beaucoup plus que la chasse, est un véritable simulacre de la guerre et prépare le chevalier au maniement des armes. Ces jeux violents ne sont pas sans danger et on raconte que certains de ces tournois ont fait jusqu'à 60 morts. Le but de ces jeux est de désarmer l'adversaire. Le vaincu, lors de ces tournois, doit donner son armure et ses armes au vainqueur et, s'il est suffisamment riche, payer une rançon.

...

L'équipement du chevalier

L'armement du chevalier est à la fois défensif (armure, écu) et offensif (épée, lance, hache, masse d'arme et fléau).

La pièce essentielle de l'armure est le haubert (cotte de maille). Il offre une bonne protection et se porte sous une tunique d'étoffe. Il est complété par un casque à nasal, un long bouclier en amande, une épée et une lance qui sont les deux principales armes du chevalier.

À partir du XIIème siècle, les parties vulnérables des chevaliers (mains, pieds, cou et épaules) sont mieux protégées. Le haubert est recouvert de plaques métalliques. L'écu se réduit et l'épée se fait plus longue. Vers 1250, le heaume fermé remplace le casque à nasal. Le cheval voit aussi sa protection renforcée.

L'apparition des premières armes à feu à partir de 1314, entraînent une protection renforcée du cavalier. Au début du XIVème siècle sont adoptées les premières plaques aciérées et cela évincera le haubert. L'armure devient totalement métallique.

Replace l'équipement du chevalier au bon endroit :

Si en 1100, le prix de l'équipement correspondait à celui de 20 bœufs, il faudra multiplier ce coût d'achat par deux pour une seule armure en 1400.

Quant au cheval, il tient une place importante. Le chevalier possède plusieurs chevaux. Le plus précieux étant le destrier, le cheval guerrier, élevé exclusivement pour le combat. Il était large, fort et puissant. Le coursier est utilisé pour le voyage et le palefroi pour les loisirs. Quant au roussin, c'est le cheval qui porte l'équipement du combattant.

...

...

Cartes

...

L'Europe au début du Moyen Âge - Les invasions barbares

...

Évolution du royaume franc de 481 jusqu'à l'Empire franc en 814

...

L'Europe en l'an 1000

...

La France pendant la guerre de Cent Ans

...

Carte de France à la fin du Moyen Âge

...

...

Divers

...

Clique sur chacun des mois !...

...

...

Et voici quelques activités pour finir !

...

Dates

Quelques dates

...

Le règne des rois

...

Puzzle

Reconstitue l'image ci-dessous :

Extrait de la tapisserie de Bayeux

...

Mots croisés

Clique dans chaque case pour écrire les mots correspondants aux définitions :

...

Vrai ou faux ?

Coche les bonnes cases :

...

QCM

Questionnaire avec des réponses proposées :

...

La naissance de l'Islam Les croisades en Terre Sainte La guerre de Cent Ans

...



Histoire - Ressources et exercices en ligne pour l'école élémentaire

Chronologies - Le Moyen Âge